PrécédentPage 1 sur 2

La Stéphanoise.......Cliquez Ici Pour Découvrir La Frise Chronologique

Découvrez son histoire, les évènements au fil du temps illustrés par des photos, des extraits de documents de l'époque, des articles de presse.....épinglés sur une échelle du temps.

Histoire des sections

Louis GUICHARD 1er Président 

Théâtre   Basket   Tennis

C'était hier : un nouveau costume pour nos gymnastes

15 juillet 1924, un nouveau costume pour nos gymnastes a paru, pour la première fois, dimanche dernier, aux courses de Montoir...  Il se compose d'un maillot entièrement blanc à col abattu et quart de manches, d'une culotte également blanche, droite et courte sauf pour quelques adultes. La ceinture est verte avec une ligne centrale blanche. Sur tout ce blanc se détache nettement le motif de broderie posé à gauche, à la hauteur du cœur. Cette broderie consiste en une palme artistique verte : la palme de Saint-Etienne martyr, patron de “ La Stéphanoise “. Quelques feuilles de cette palme s’entrelacent dans les deux lettres rouges du monogramme “ S. M. “ signifiant : “ Stéphanoise-Montoir “. Nos actives autant que dévouées brodeuses .... Lire la suite..

Les 80 ans de La Stéphanoise - 22 Septembre 1991

Le Cinéma salle du patronage à Montoir en 1931

Au début du siècle, l’électricité n'arrivait pas dans tous les villages et seule la manivelle permettait de faire défiler la pellicule avec le projecteur PATHE 1901 à manivelle et lampe à carbure. Dès 1910, le cinéma se déplaçait dans les villages autour du bourg. En 1929, on trouve le cinéma à vingt sous salle Lambert puis chez Mme Lebel à Loncé, également salle LEGOUT à Camée puis chez Melle Lucie LERAY. On s'asseyait sur des bancs en bois, pas vraiment confortables, mais le public était content, les recettes versées à La Stéphanoise qui organisait les projections.
En octobre 1931, la salle du patronage remise en état, devient le Cinéma de Montoir. Pathé-Rural donne sa première séance le 3 Octobre avec un appareil d'une luminosté splendide et une image incroyable. La séance commence par un documentaire puis les actualités, un dessin animé, aux entractes un buffet et des confiseries. Puis c'est le grand film « Le Corsaire », avec autant de coupures que de bobines et pour terminer un film comique «C’était un vendredi 13». Beaucoup de personnes se sont occupées du cinéma, des projectionnistes (Trespeuch, Régent, Portenguen, Gautret, Deniau), des placeuses et des personnes au guichet pour vendre les billets.
C'est à la suite de l'incendie du dancing "LE CINQ SEPT" à Saint Laurent du Pont dans l'isère, qui provoqua la mort de 147 personnes, que des mesures de sécurité furent imposées. Ces mesures auraient entraînées des dépenses trop importantes pour l'aménagement de la salle de Montoir, les responsables ont donc prit la décision de fermer le cinéma fin des années 60.
En Mai 1972, le Bureau de La Stéphanoise décide de transformer la salle de cinéma en une salle de gymnastique. Elle est à nouveau transformée par les bénévoles de La Stéphanoise pour en faire une salle de réception.

Alcide Nicolas alias "EDICLA" en 1926

Jeudi 9 septembre 1926 : Tirage de la tombola de la kermesse Saint-Étienne -Programme de music-hall avec la Stéphanoise (Extrait du Bulletin paroissial)
L’expérience nous a prouvé que nous avions été bien inspiré en ne faisant pas le tirage de notre Grande Tombola, au soir même de la Kermesse; tous nos amis sont de notre avis. Ce tirage effectué le jeudi 9 septembre, nous a valu une très intéressante soirée à laquelle a assisté une foule sympathique emplissant notre salle.Tous nos spectateurs se sont déclarés enchantée et bien que la séance se soit terminée après onze heures et demie les heures ont passé rapides et agréables. Tous avions pour agrémenter le long tirage qui eut paru monotone préparé un programme varié et attrayant, un genre nouveau; genre music-hall.
M. Francis Nicolas ouvrit la soirée par une romance chantée avec science et goût, puis le rideau se leva; sur la scène avaient été montés les anneaux. Notre comique habituel, Étienne Bracmard qui s'était transformé à merveille en clown impayable présenta les « Frères Stephani ››, en l’espèce notre excellent moniteur J.Billy et notre bon gymnaste A.Legoff. L'un et l’autre exécutèrent des exercices splendides de force et de souplesse qui furent chaleureusement applaudis.
Puis ils cédèrent la place à EDICLA, c'est-à-dire a Alcide Nicolas. Celui-ci étonna, stupéfia l’assistance par ses incroyables équilibres de chapeaux, instruments variés; il fit passer un petit frisson sur les spectateurs lorsqu’il réussit avec le même bonheur, ses équilibres de rasoir et de sabre sur le nez et sur le front. On procéda ensuite au tirage d'une série de lots et, chacun de s'extasier sur la beauté et sur la valeur de nos nombreux lots.
Après quoi, MM. L.Simon et F.Leroux, interprétèrent la saynète comique : Les Rapports de l’Agent Sive. L'un et l’autre s'étaient costumés et grimés de façon parfaite : l'un en agent authentique et conscient de son importance, l'autre en apache très réaliste et très dans la note. Ils ont exactement rendu la scène humoristique qu’ils avaient préparé en deux ou trois répétitions seulement. Après l’entracte, M.Simon donna, avec quelle verve ! le monologue du pochard « Descends donc de ton cheval! » qui fit fuser les rires.Puis, seconde série du tirage.
Monsieur Francis Nicolas chanta à nouveau. Les « Les Frères Stephani » reparurent secondés d'Henri L’oiseau et toujours escorté du clown impayable.
Nos gymnastes exécutèrent des mains a mains dans lesquels on admira la force musculaire extraordinaire de H.L’oiseau et la souplesse de J. Billy. Ce dernier réussit une série de sauts périlleux impressionnants. De nouveau EDICLA fit son apparition, salué par une salve d'app1audissements qui devinrent des bans enthousiastes, lorsqu'on le vit réussir ses équilibres de lampes superposée, de cinq bougies allumées ; cela devint du délire lorsqu'il tint sur son menton un banc, une lourde table, une bicyclette. Notre Edicla qui s'est entraîné seul à ces exercices - est réellement un « as ». Il n'a point dit son dernier mot et nous promet, pour nos prochaines séances, des productions plus sensationnelles encore. Enfin, le tirage des lots s'acheva, faisant beaucoup d’heureux........... En savoir plus

Premier concours pour nos Gymnastes à Ancenis le 23 juin 1912 

Le Défilé
C’est au milieu d'une affluence extraordinaire que les gymnastes regagnent le terrain de manœuvre. On pourrait croire vraiment que toute la population d’Ancenis c’est transportée dans les rues que doit parcourir le cortège.
Le cortège se forme place Francis-Robert et suit l’itinéraire suivant : rue de la Gare, Grande-Rue, place Iéna, rue Nationale, rue Villeneuve, rue des Morices, Prairie de la Davrays. Le cortège est divisé en quatre colonnes.
La Stéphanoise défile au 3ème rang dans la quatrième colonne, fanion bleu. Chef de colonne, M. Leroy; La Sirène, de Nantes Tambours clairons et trompettes de la colonne. 1-La Jeanne-d'Arc de Drain, 2-L'Hermine de Nantes; 3-La Stéphanoise de Montoir ; 4-La Simillienne de Nantes; 5-L’Alerte de Méan ; 6-Le Réveil de Candé; 7-La Saint-Louis de Sainte-Pazanne ; 8-L’Avenir de La Berneríe; 9-La Fraternelle de Rezé; 10-L’Élan d’Angers; 11-Les Montagnards de La Montagne............ En savoir plus











































































--


































--
PrécédentPage 1 sur 2

1911 à ce jour : Les Présidents

  • Louis Guichard
De gauche à droite
1er rang : Louis Guichard 1911 - Joseph Mercier (père) 1919 - Emanuel Ollivaud 1946 - Joseph Mercier 1962 - Georges Bizeul 1970.
2ème rang : Florent Couthuis 1979 - Michel Cariou 1991 - Yvon Guiheneuf 2001 - Yves Gourhand 2006 - Yvon Thobie 2012.
3ème rang :  Brigitte Favrais 2016

1946-1982 : Le Registre

Cet article retrace les évènements marquants dans la vie de la Stéphanoise, tels qu'ils sont rapportés dans le registre des délibérations des Bureaux de cette période. Voir des pages du régistre en cliquant sur les images

De 1946 à 1982 cliquez ici

              Le Chant Fédéral 

Le chant Fédéral, chanté entre 1911 et 1945 paroles de Fr.M.A.Bellouard , et musique de Gabriel DEFRANCE nommé tambour-major à la Garde Républicaine de Paris le 1er juin 1911.

En savoir plus sur Gabriel DEFRANCE

La Clique en 1928

La Clique en 1938

1927, La Salle Paroissiale

Remise de médailles

  • En 1991
  • En 2004
La Stéphanoise en 1991
Le tennis de table en 2004